Histoire de la kinésiologie

C’est dans les années 1960 aux États-Unis que le docteur Georges Goodheart met au point la kinésiologie. Chiropracteur de métier, il se rend compte que le manque de motricité d’un muscle est en lien avec un organe malade. Afin de se prémunir et soigner certaines affections, le praticien inventera des tests musculaires manuels afin de repérer les muscles affaiblis. Sa méthode, la kinésiologie appliquée, regroupe des techniques d’équilibrage postural et énergétique pour les professionnels de santé. Le but étant de rééquilibrer l’être humain selon 3 dimensions fondamentales (le triangle de la santé) qui sont : l’anatomie, la nutrition et l’émotion.

D’autres spécialistes vont s’intéresser à la méthode, intituler alors, kinésiologie appliquée, et en proposer des variantes. C’est ainsi qu’en 1970, désirant étendre la méthode au plus grand nombre le docteur John Tire, s’inspire des techniques de la kinésiologie appliquée pour créer « Touch For Health ». Les techniques sont simplifiés afin que le grand public puisse y accéder.

Le kinésiologue ne soigne pas, ne prescrit pas d’ordonnance, ne donne pas de médicaments. La kinésiologie n’est donc pas considérée comme une médecine ni comme une thérapie.

Malgré la volonté et les efforts des organismes officiels afin d’organiser la profession, cette dernière n’est toujours pas reconnue par l’OMS.

Choisir la kinésiologie
kinésiologue en action

Qu’est-ce que la kinésiologie ?

La kinésiologie, une technique psychocorporelle récente qui date des années 60. Le mot nous vient du grec ancien Kinêsis (mouvement) et lògos (science).

En kinésiologie un organe malade ou affaibli a des répercussions sur la tonicité des muscles. C’est pourquoi le kinésiologue, à l’aide de tests musculaires, va identifier cette faiblesse musculaire spécifique et la corriger pour supprimer tout déséquilibre émotionnel et physique qui y est associé.

Cette discipline interroge le corps par le biais de tests musculaires, pour établir avec celui-ci un dialogue. Pour cela, elle s’appuie également sur les trois domaines qui nous constitue (la trilogie de la santé) :

  • Structurel, ce sont les organes, muscles, os…
  • Biochimique, c’est-à-dire le métabolisme, la relation avec l’environnement, la nutrition…
  • Physique, donc les émotions, les croyances, le stress…

Dans quel but ?

Le but c’est de déterminer la source du mal-être ou des tensions. En effet, notre corps garde en mémoire tout facteur bloquant causé par le stress ou événement négatif.

En s’intéressant ainsi à la relation entre la fonction neuromusculaire et les régulateurs physiologiques, structurels, chimiques et émotionnels, la pratique permet d’identifier tout déséquilibre physique, émotionnel, mental et énergétique et de les rééquilibrer. Pour cela on utilise différentes techniques telles que : le mouvement oculaire, la visualisation, points d’acupuncture, mouvements corporels, fleurs de Bach, sophrologie… L’objectif au final étant de favoriser la compréhension et de mieux cerner la source du mal-être pour la personne qui consulte. Mais également de mieux gérer sa vie en effaçant les obstacles : psychique, émotionnel et physique. Et de favoriser le bien-être en faisant circuler l’énergie vitale, en libérant les émotions, et en boostant l’homéostasie (système d’auto guérison du corps), ainsi que l’harmonisation corps-esprit.

Cette méthode en constante évolution puise des techniques dans la médecine chinoise (points méridiens et acupuncture) ainsi que dans des techniques occidentales comme la chiropractie, l’ostéopathie… C’est pourquoi elle offre un choix conséquent de méthodes, avec plus de 80, dont en voici les principales :

Les différentes techniques de kinésiologie

Le Touch for Health

La méthode nous vient du docteur John Thie (1970). Ce dernier s’inspira des travaux du chiropracteur Georges Goodheart en les simplifiant, pour les rendre plus accessibles au grand public.

« Le toucher par la santé », méthode qui associe en même temps tests musculaires et recherche de points d’acupuncture (médecine traditionnelle chinoise). Le but étant de rééquilibrer tous les muscles des méridiens du corps humain, afin d’amener bien-être physique,  de stabiliser les énergies pour activer le processus d’autoguérison. Le recentrage énergétique peut se faire de différentes façons. Elles sont tirées à la fois des méthodes occidentales et orientales. Ainsi, des méthodes d’équilibrage simples sont proposées, après le test des 14 muscles principaux et des 28 additionnels. Les méthodes se composent de massage des points d’acupuncture, des méridiens, des points neuro-lymphatiques, tenue de point neuro-vasculaire.

Le « Touch For Health » est considéré comme l’approche de base de la kinésiologie.

La kinésiologie psycho-émotionnelle 

Cette méthode permet aux personnes de prendre conscience, de verbaliser les différentes émotions et pensées négatives qui se sont imprégnées dans notre corps, notamment pendant des périodes de stress. Le but est de retrouver le bien-être physique et émotionnel, en se fixant un objectif positif.

Tout comme la méthode « Three In One Concept », elle tient compte de l’homme dans sa globalité, selon les 3 aspects : physique, mental et émotionnel. Les tests physiques sont utilisés de 3 façons différentes :

  • Estimer la difficulté et décider avec le patient de la meilleure chose à faire.
  • Trouver dans l’histoire personnelle le lien avec le problème actuel.
  • Déterminer la technique la plus adaptée pour effectuer le traitement et résoudre le problème.

Donc, la kinésiologie psycho-émotionnelle aide les personnes à mieux comprendre et connaître les maux qui les rongent et d’y faire face. Elle offre les moyens d’aborder les raisons et les motifs aggravants provoqués par bon nombre de troubles.

La kinésiologie éducative ou le Brain Gym (gymnastique cérébrale)

La technique est développée par Paul Dennison, et se focalise sur le perfectionnement de l’apprentissage. La discipline a pour objectif la stimulation des fonctions cérébrales et la création de connexions neuronales à l’aide d’activités motrices et artistiques. Elle peut être utilisée, lors de problèmes d’apprentissage, en complément des méthodes éducatives (l’orthophonie), chez les enfants scolarisés notamment.

Elle nous permet de mieux connaître le langage de notre corps et de le mettre en mouvement afin de développer ses facultés et ses ressources, mais aussi de favoriser l’estime de soi et son bien-être. Il peut s’adapté au domaine scolaire, professionnel, relationnel…

La kinésiologie pour sportifs

La kinésiologie sportive opère sur la confiance en soi, la récupération physique, la gestion du stress, la posture générale et la prévention des blessures. En s’appuyant sur les techniques de kinésiologie existantes (Touch For Health), le praticien va :

  • Améliorer l’endurance et la récupération, par un rééquilibrage énergétique, notamment au niveau des méridiens.
  • Harmoniser la musculature, pour mieux gérer la douleur, la fragilité musculaire et la tension, en mettant en évidence le rapport entre tension psycho-émotionnelle et douleurs structurelles.
  • Favoriser les facultés d’apprentissage et l’assimilation des techniques, avec le Brain Gym.
  • Prendre en compte les schémas comportementaux (peur de l’adversaire, peur de perdre, agressivité, stress…) en déchiffrant les conflits intérieurs qui nous tiraillent pour libérer les émotions qui y sont liées.

Le Three In One Concepts (One Brain)

« Three In One Concept » veut dire intégration du mental, du corps et de l’esprit. La méthode fut inventée par 3 docteurs : Gordon Stokes, Candace Callaway et Daniel Whiteside. Elle s’axe sur la partie émotionnelle, et corrige les blocages énergétiques du présent, en libérant le système de croyances du passé et en augmentant le niveau de conscience pour offrir la liberté de choisir dans le futur. L’objectif c’est de permettre à l’individu de retrouver son pouvoir intérieur, son autorité, son unicité et sa capacité de choisir.

Pour mieux cerner les besoins des personnes, le One Brain utilise des outils tels que le baromètre du comportement, les traits de structure de fonction. Mais aussi la récession d’âge pour équilibrer les blocages causés par du stress émotionnel négatif présent dans la mémoire cellulaire, du subconscient et de la conscience.

Le Stress Release

John et Margareth Barton fondèrent dans les années 1980, une nouvelle méthode kinésiologie basée sur le bien-être, la biokinésiologie.

C’est en se basant sur les travaux des Barton, de l’approche de la kinésiologie institué par John Thie, et en réalisant ses propres travaux sur la gestion du stress et du bien-être, que Wayne Topping créa le Stress Release (Wellness Kinesiology). Vulcanologue de profession, il utilise des méthodes simples (rotation oculaire, tapotement temporal, reprogrammation par affirmations, techniques d’ancrage…) pour libérer stress émotionnel, croyances négatives, phobies, peurs et anxiété.

Choisir la kinésiologie
kinésilogue lors d’une séance

Le but c’est d’identifier les sources de stress tels que : mauvaise organisation du temps, nutrition, conflits intérieurs qui interfèrent avec la prise de bonnes décisions.

La kinésiologie Hypersens

L’Hypersens est une méthode qui permet à toute personne de renouer avec le sens profond de sa vie, ce qui fait son essentiel. La personne pourra ainsi se concentrer sur ce qui est juste pour elle, être en harmonie avec elle-même et avancer sur son chemin de vie.

La méthode se décline en plusieurs sens :

  • Équilibre énergétique : améliorer le niveau d’énergie ainsi que son homéostasie.
  • Holistique 
  • Dynamique créative
  • Démarche symbolique : en s’appuyant sur le sens des mots.
  • Investigation : réalité des peurs, des blessures de la vie, du stress ainsi que leurs conséquences.
  • Poser les bonnes questions : en s’aidant de la pratique fine et rigoureuse du test musculaire.

Le but étant :

  • De cerner les substances et tout ce qui fait réagir le patient, de façon exagérer. Que cela soit externe ou interne.
  • De trouver les barrières (physiques, mentales, émotionnelles, biochimiques…) qui empêchent la personne de vivre normalement et d’équilibrer le système énergétique, pour que le corps retrouve un meilleur fonctionnement.

Grâce à cela, l’individu peut de nouveau entrer en contact avec des choses, auxquelles il était très sensible ou intolérant (aliments, odeurs, environnement…). Il peut donc, vivre de nouveau pleinement ses émotions sans en être affecté.

En plus des différentes méthodes existantes de kinésiologie, il existe également deux pratiques bien distinctes. En effet, nous retrouvons deux méthodes de kinésiologie.

La kinésiologie appliquée

Cette méthode se destine aux professionnels de la santé diplômés (les médecins, les dentistes, les ostéopathes, les chiropracteurs..). Qui doivent ensuite, suivre les 3500 heures de formation de la kinésiologie appliquée dispensée par le Collège international de kinésiologie appliquée (ICAK).

Les séances de la kinésiologie appliquée sont individuelles. Cela va de 2 à 4 séances pour des maux passagers à une quinzaine pour les problèmes plus graves.

La kinésiologie non thérapeutique

L’apprentissage de la kinésiologie non thérapeutique est accessible à toute personne désireuse d’exercer la profession. Aucune qualification dans le domaine médicale ou de la santé n’est nécessaire. La formation dure au minimum 600 heures, avec à la fin un examen pratique et théorique. Elle s’enseigne dans les écoles de kinésiologie.

La Fédération des écoles de kinésiologie, ne répertorie pas les écoles qui ne respectent pas le nombre d’heures minimum imposé. La Fédération Française de la kinésiologie et le Syndicat national des kinésiologues, ne liste pas les centres qui dispensent ces formations ainsi que les praticiens qui y sont formés. Ces différentes institutions sont considérées comme un gage de qualité.

Quel est le déroulé d’une séance de kinésiologie ?

Les motifs de consultation sont variés. On peut consulter pour un divorce, du stress, un deuil, un manque d’estime de soi, une dépression, des troubles du sommeil. Mais aussi, pour la réussite à un examen, projet de bébé, burn-out, prise de poids, phobies. Ou encore pouvoir s’exprimer en public, apprentissage professionnel ou scolaire… La séance se déroule de la façon suivante :

En kinésiologie appliquée

La consultation chez un kinésiologue, qui exerce la kinésiologie appliquée se déroule en 5 étapes :

  • L’interrogatoire : interrogatoire précis, portant sur le problème rencontré et les antécédents médicaux.
  • Les examens généraux : série d’examens généraux réalisés sur le patient. Par exemple, tester la pression sanguine lors d’un mouvement.
  • Les procédures spécifiques : ce sont des analyses dites complémentaires. Pour déterminer la sensibilité du patient au niveau de la peau, des muscles, son sens de l’équilibre ainsi que ses réflexes rotuliens.
  • L’évaluation de la force musculaire : tests musculaires pour détecter la faiblesse du muscle et en trouver la cause. 
  • Le traitement : Le praticien réalise des techniques manuelles. Le but est de stimuler le système lymphatique, améliorer la circulation sanguine et du liquide rachidien, travailler sur les fibres nerveuses et équilibrer les méridiens (médecine chinoise). Il peut également conseiller la personne sur son hygiène de vie (nutrition, activité physique…).

En kinésiologie non thérapeutique

Une consultation chez un kinésiologue non thérapeutique, se déroule selon 5 étapes :

  • Définition de l’objectif : le spécialiste aide la personne à formuler son souhait. C’est-à-dire son objectif, ce vers quoi elle veut aller dans sa quête du bien-être et de l’équilibre.
  • Estimation des bouleversements : par des tests appropriés et des mises en situation (conscientisation du mal-être).
  • Recherche et mise en place des solutions : recherches de solutions à appliquer pour rétablir l’équilibre.
  • Post-évaluation : évaluation des changements par des tests.
  • Ancrage des résultats obtenus : et la mise en place du suivi avec des exercices à réaliser à la maison.

Une séance de kinésiologie dure entre 30 minutes et une heure pour un tarif qui va de 30 € à 60 €.

L’assurance maladie ne rembourse pas la consultation, mais certaines mutuelles les prennent en charge dans un forfait.

Que soigne t-elle ?

La kinésiologie permet d’intervenir sur les différents plans qui composent l’être humain et permet de traiter :

  • Le domaine structurel : organes, muscles, os, articulations…
  • La biochimie : le métabolisme, la nutrition, la relation à l’environnement…
  • Le physique : le stress, les émotions, les croyances, douleurs, maladies…
  • Le psycho-émotionnelles : peurs, nervosité, phobies, anxiétés, difficultés d’apprentissage, angoisses, trouble du sommeil, troubles de l’alimentation…
  • Favorise également la gestion du stress, la confiance en soi, l’estime de soi et de l’autre. Mais aussi, la prise de décisions et améliore les capacités physiques et intellectuelles.

Le but est de favoriser les mouvements entre ces différents domaines afin de stimuler l’homéostasie de chacun d’eux.

Ce que l’on soigne en kinésiologie appliquée

Elle permet de traiter :

  • Les allergies.
  • Les intolérances alimentaires.
  • Les carences nutritionnelles.
  • Les troubles thyroïdiens
  • Toutes autres pathologies causées par les chocs émotionnels et le stress.

Ce que l’on soigne en kinésiologie non thérapeutique

Outre des fonctions éducatives, elle favorise :

  • Un état d’équilibre qui amène au bien-être
  • Accompagnement émotionnel pour aider les personnes à faire face à leurs pathologies et les conséquences de celles-ci dans leur quotidien.

Le kinésiologue n’est pas un médecin. Donc, il ne pose pas de diagnostic, ne traite pas, ne soigne pas, ne guérit pas et ne fait pas de prescription et ne peut pas se substituer à une autorité médicale.

Quelles sont les contre-indications ?

Consulté un kinésiologue non thérapeutique est une démarche volontaire d’une personne à la recherche de bien-être, d’une compréhension de ses difficultés (physique ou psychique) ou d’une optimisation de ses capacités. Pour ce faire, le praticien doit respecter le code de déontologie et doit rester attentif et réaliste face à ses limites dans l’exercice de sa profession.