Une multitude de traitements existent contre les maux de dos : 

  • Médicaments : antalgiques, anti-inflammatoires, décontractant musculaire, etc.
  • Non médicamenteux : phytothérapie, kinésithérapie, acupuncture, etc.
  • Chirurgie.
  • Une charge pluri-disciplinaire dans certains cas.

Cependant, l’ostéopathie est le traitement le plus adapté pour la grande majorité des douleurs dorsales. En effet, le praticien va prendre en charge votre dos sur un terrain préventif, curatif, et global. Il va pouvoir repérer et corriger les atteintes fonctionnelles à l’origine de votre mal de dos.

En effet, grâce à une anamnèse (recherche des antécédents médicaux et de l’historique de la plainte du patient), ainsi que différents tests manuels, l’ostéopathe va chercher les structures pouvant provoquer les douleurs.

Image scanner d'une colonne vertébrale d'une personne qui souffre d'un mal de dos
scanner du dos et de la colonne

Comment savoir si je dois consulter un ostéopathe ?

Dans le cas de récidives, l’apparition de nouveaux signes, ou si la douleur persiste plus de 3 mois ou qu’elle devient plus intense, il est conseillé de consulter un ostéopathe. 

  • Des dysfonctionnements au niveau des différents segments de la colonne, mais aussi à distance (membres inférieurs, bassin, viscéral, cervicalgie, dorsalgie, etc.).
  • Des troubles digestifs. 

La douleurs peut être causées par : 

Les consultations les plus fréquentes concernent les douleurs au niveau du bas du dos et du bassin : ce sont les douleurs lombaires. 

Mais il arrive aussi que d’autres maux de dos nécessitent une consultation. 

Voici quelques signes pouvant vous alerter : 

  • Douleur vive dans le dos.
  • Début de symptômes avant 20 ans, ou après 60 ans.
  • Traumatisme violent (accident, chute importante, etc.).
  • Cancer ou antécédents néoplasiques (tumeur, ou croissance anormale de nouveaux tissus).
  • Tabac.
  • Réveils nocturnes.
  • Dérouillage matinal (temps pour qu’une articulation s’assouplisse après un repos prolongé) de plus de 30 min.
  • Fatigue anormale.
  • Perte de poids inexpliquée.
  • Douleur, blocage, ou difficulté à bouger les membres inférieurs.
  • Troubles sphinctériens. 

Ostéopathie et lombalgie

L’ostéopathie est très efficace sur les lombalgies. Lors de la consultation, le praticien va questionner le patient sur ses symptômes, ses douleurs et la durée de ces dernières.

Un ostéopathe qui intervient sur un patient qui souffre de mal de dos
traitement des douleurs de dos avec un ostéo

Il va également :

  • Effectuer des tests ostéopathiques et médicaux.
  • Demander s’il y a d’autres troubles associés (maux de tête, état nauséeux, etc.) Il posera des questions sur le mode d’alimentation, l’activité sportive, et le mode de vie.

Tout cela va lui permettre de chercher et comprendre quelles sont les structures (disques, muscles, etc.) à l’origine des maux. L’ostéopathe va juger s’il doit y avoir une réorientation ou s’il peut proposer un traitement ostéopathique.

Dans le cas d’une lombalgie, l’ostéopathe corrigera donc les lombaires, mais aussi :

  • Les membres inférieurs.
  • Le bassin : lié aux lombaires par le sacrum et les ligaments.
  • Les viscères abdominaux : qui s’attachent sur la colonne lombaire et peuvent créer des lombalgies.
  • Le petit bassin, la vessie, l’utérus : très liés à la colonne lombaire, et qui peuvent entraîner des douleurs.
  • Les dorsales et les cervicales : car si une partie de la colonne est dysfonctionnelle, cela peut se répercuter sur le reste du rachis.
  • Le crâne : lié indirectement aux lombaires par le bassin, via les membranes.

Il ne faut pas oublier que le corps et l’esprit sont liés, et que l’alimentation joue un rôle très important. En effet, il y a une corrélation étroite entre l’alimentation, l’émotion, et l’absence d’activité sportive. C’est pour cela que l’ostéopathe vous donnera également des conseils alimentaires. 

Je vous invite à lire notre sujet

Qu’est-ce que la lombalgie ?

Mais quel est l’objectif de l’ostéopathe ?

Grâce à diverses techniques, l’ostéopathe va chercher à lever les tensions pour redonner l’intégrité aux structures, afin qu’elles puissent remplir leur rôle physiologique. Il va également vous donner divers conseils (exercices respiratoires, étirements, gainage, alimentation, etc.) pour maintenir votre dos en bonne santé.

On sait que différentes parties du corps peuvent être à l’origine des maux de dos : 

  • l’alimentation : au niveau du tube digestif, là où a lieue la digestion, la grosse artère venant du coeur bifurque pour envoyer du sang vers chacune des deux hanches. 
  • le diaphragme : ce muscle monte et descend pour respirer et absorber les émotions, et il est lié au cerveau par le nerf phrénique.
  • la fonction hépatique (foie) et digestive
  • le bassin : constitué de deux hanches, articulées autour d’un os triangulaire sur lequel sont empilées les vertèbres lombaires. Lors de certains mouvements, ces dernières vont glisser en avant et comprimer le nerf à l’origine de la douleur.

Voici quelques exemples : 

  • compression au niveau de la hanche :
    • droite : mauvaise digestion
    • gauche : problèmes d’intestins
  • ⅓ des personnes (sur 100 patients) consommaient régulièrement du café au lait, ou associaient du café avec des produits laitiers non fermentés (yaourts, fromage blanc, etc.) quotidiennement
    • l’ostéopathe vous conseillera de diminuer cette consommation, ce qui permettra de faire disparaître divers troubles associés. En effet, vous constaterez une amélioration du quotidien : 
      • plus d’énergie au levé
      • regain d’enthousiasme
      • moins de somnolence
      • disparition des maux de tête, des troubles digestifs et circulatoires
      • moins d’anxiété et d’angoisse
      • sommeil plus profond
      • meilleure respiration

Quelles solutions, autres que l’ostéopathie, pour la lombalgie chronique ?

Lors du diagnostic de cette pathologie, plusieurs solutions pourront vous être proposées :

  • médicaments : pour essayer de diminuer le niveau de douleur, sans induire de dépendance. Au long terme, éviter les anti-inflammatoires, ou corticoïdes.
  • traitements locaux
  • méthodes non pharmacologiques : 
    • rééduquer, améliorer les performances physiques et sportives, sortir de la sédentarité
    • renforcement des muscles du dos : spinaux à l’arrière, psoas (seul muscle reliant la colonne aux jambes) à l’avant 
    • avoir des entretiens psychologiques
    • prise en charges dans des structures hospitalières : prise en charge globale avec des médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, podologues, psychologues, assistants sociaux, etc. Tout cela pour aider le patient à reprendre des activités de loisirs, professionnelles et sociales.
  • ceinture lombaire : pour les personnes qui ont mal au dos à cause d’une instabilité (vertèbres qui glissent)
  • chirurgie : très peu utilisée. Uniquement lorsque le traitement médical a échoué, et qu’il y a une lésion anatomique à modifier.
  • exercices (étirements, renforcement) qui s’apprennent chez un kiné, ou avec un coach APA (activité physique adaptée pouvant être prescrite par un médecin depuis 2017)
Un sportif qui a mal au dos
Sport et mal de dos

Sachez aussi que tous les sports peuvent être pratiqués sur un rachis non opéré, à part le saut en parachute. Il faut bien évidemment demander conseil à votre médecin, et respecter les recommandations données par celui-ci. Par contre, ceux ayant une atteinte discale prédominante, devront éviter la course ou la fractionner.

Je vous invite à lire notre chapitre

Le mal de dos.